]]>

mercredi 25 juillet 2012

IMPROVISATION CLIMATIQUE - 12.


Tout est à réécrire
Le mot à mot des espaces sacrés
n'a pas résonné au rythme des passerelles invisibles
Il s'est décrit sur le chevet des cathédrales passées
Son cœur posé sur le sable
Plus rien ne s'y anime
Que sa crainte des ombres affamées
Et son besoin de figures compassées

Ayant abandonné les religions à leur sort scellé
L'esprit s'en va s'aventurer rassénéré
Assumant sa liberté
au murmure
De la simple joie qui bat derrière le torse