]]>

lundi 16 août 2021

ABOLITION EN COURS - 27 - Fragrances du sens de la vie



 Qui que tu sois

Va là où t'appelle ton cœur

Jamais

Tu n'iras ailleurs

Et si tu étouffais ce cri

Dans d'autres quêtes Insensées

Le flot des causes

Et des conséquences

Qui t'enclosent

En leur marche forcée

T'y ramèneraient


Il y aura toujours

Quelques coïncidences 

Bien disposées

Pour qu'à l'instant déterminé

Tu cueilles cette fleur

Que tu devais




Peu importe 

Les mensonges

Que tu t'es raconté

Les illusions

Qui ont pu te tromper

Les trahisons

Les coups reçus

ou ceux portés

Pour aller là 

Où ton cœur te voulait


Et chaque fois

Tout finira par te mener

A cette fleur unique

Que le secret fond de ton âme

attendait pour grandir




Et cette peau 

Ces pensées

Ces humeurs

Que ton âme avait endossé

Suffisaient


Un autre peau

D'autres façons de penser

D'autres palettes d'humeurs

Un autre caractère

Viendraient 

Pour cueillir

D'autres fleurs


Et un jour

C'est tout un bouquet

Qui se tiendra dans ton cœur

Ce sont elles toutes ces fleurs

Qui forgeront ton humeur

Et choisiront tes pensées

Plus de blessures

Plus d'ombres portées


Tu y découvriras

La main discrète

De la douce Mère divine

Arrangeant 

Leur symphonie


Et

Sous l'aile protectrice de cette Reine

Tu feras les rencontres opportunes


Tu croiseras

Des amis inattendus


Tu partageras 

Avec eux

Ce doux parfum

De la Présence Suprême

 

Tu verras

La grâce souveraine

Fortifier les fraternités

De cette conscience nouvelle


Tu la verras les relier 

Les unes aux autres

Dressant

Peu à peu

Un phare irrécusable

Du grand sens de la vie 




Et déjà

A notre insu

Son fluide d'or chaud

Palpite sur nos êtres

Dorant

Chez quelques uns

Sous le front

Les deux pétales

Couronnant

Le pistil 

De la détermination



Sa coulée d'or et de lumière

Se déverse

Par  le canal intérieur 

Et accélère

En acheminant 

Sa sève divine

La collecte

Des fleurs psychiques



A la pointe ultime 

De son incandescente avancée

Quand elle commencera même

A déployer

Le bouton 

Jusque là 

Inaperçu d'une fleur 

S'enracinant sous les pieds

Telle âme

Saura

Que l'heure est venue

De se mettre

A la forge 

De l'espèce d'après



Au-dessus de la tête

Epuré sans relâche

Un héliotrope 

A mille lamelles

Suspendra

Le corps entier

A son étoile focale

Intemporelle 

Et l'aventure ultime

Du grand sens

pourra débuter



lundi 19 juillet 2021

LA FIN D'UN ÂGE - Poème de NIRANJAN GUHA ROY


Le pouvoir tranquille - Tableau de Niranjan Guha Roy


 La Fin d’un Age

Les grandes Puissances aveuglées par leur arrogance insensée

Se moquent de Toi, O Mère Divine Créatrice,

Directrice de cet univers.

Elles ignorent que sans Toi elles n’ont aucune existence.

Les marionnettes se révoltent contre les mains qui les manipulent,

Les icebergs se forment comme les rois incontestés de l’océan

Mais dès qu’ils se hasardent au-delà du cercle borné, glacial,

Ils se fondent en larmes et disparaissent dans l’eau chaude.


Découvrons la Mère Éternelle

Derrière la façade trompeuse, phénoménale.

Tout est Son jeu ;

Nos actes absurdes sont déclenchés par Sa Sagesse.


Cette civilisation matérialiste a atteint son sommet ultime.

La cathédrale de verre gigantesque, instable,

Vacille, oscille dangereusement, prête à s’effondrer

A tout moment emportant sa gloire dans sa chute

Dans la poussière et dans l’oubli,

Délivrant d’un effroyable cauchemar.

Les grandes puissances armées de fusées apocalyptiques

Se croient les maîtres du monde et deviennent folles de rage

Si quelqu’un refuse de plier les genoux

Devant ces grands seigneurs gonflés d’or noir et jaune.

Mais on est presque arrivé à la fin de la comédie !

L’insouciance d’une seconde, ou un petit rien

Peut anéantir les géants.


Une volonté auto réalisatrice dirige le monde du dedans.

Au fur et à mesure que la divinité intérieure grandira,

Émergera au jour.


La carapace dure des hommes myopes, obstinés

Se cassera, éclatera.

Cet age aveugle, violent, cruel, inconscient,

Égocentrique arrivera à son terme,

Peut être finira t’il par un feu d’artifice éblouissant,

Accompagné de milliers de trompettes,

De tambours et de cymbales.


Nous sommes au début

D’une manifestation divine magnifique sur terre.

Accueillons avec gratitude

La merveilleuse Aube qui s’annonce.

********



N.Guha Roy 


1998


lundi 12 juillet 2021

ABOLITION EN COURS - 26 - Ayant touché Ta robe de noir pourpré

KALI par Niranjan Guha Roy

J’ai touché Ta robe de noir pourpré

J’ai reconnu les ténèbres lumineuses dont Tu as tout revêtu

Mais cela ne suffit plus

J’ai trouvé l’or en fusion où Tu t’es caché en mon âme

Mais cela ne me suffit plus


Je veux Ta volonté

Sans défaut

Je veux être Tes yeux 

Te regardant en tout 


Je veux 

Mon ego aboli

Au détail près


Je veux être 

Ton bras 

Ta main

Mus

Par

 Ta seule énergie


Je veux être 

Pour Toi 

Un chenal 

Dans la chair

Entre les cieux et la terre


Je veux être

L'un de Tes pas

Vers Ton monde de demain

Réceptacle - Tableau de Niranjan Guha Roy



 Poème commencé le mercredi 2 juin 2021


dimanche 11 juillet 2021

ABOLITION EN COURS - 24 - Les écuries d'Augias


Ce sont les écuries d’Augias 

À purifier

Mais mon âme 

Qu’elle soit 

En avant ou en retrait 

Ne démérite pas


Les eaux de la grâce

Parviennent

Finalement

A percer à jour

Tels et tels recoins 

Que mes restants d'ego

S'empressaient 

incessamment

D'oublier


 Poème commencé le dimanche 30 mai 2021


L'âme persévérante - Tableau de Niranjan Guha Roy


Pour prolonger ce poème :

The soul cannot be won by the weak by Niranjan Guha Roy

samedi 10 juillet 2021

ABOLITION EN COURS - 23 - Dénouements dans la flamme du Devenir


Se dissoudre dans l’or en fusion
Dans la flamme d’amour de ce que je suis
Comme des nœuds mentaux
Qu’on enverrait se défaire
Là où l’intelligence du surhumain
Prend pied dans la chair


Poème commencé le mercredi 26 mai 2021

vendredi 9 juillet 2021

ABOLITION EN COURS - 22- Ce qu'il faut laisser derrière soi

 


Ce n’est pas qu’une vieille façon d’aimer
Qu’il faut laisser derrière soi
Ce sont ces espoirs fantasmés
Ces avoirs
Ces réussites
Ces obstacles
Les embûches envisagées
Tout pris en charge
Par moi et moi seul
Et tous les heureux hasards espérés
Ce qu’il faut laisser
C’est l’impression de
Mon effort solitaire
Et aussi tout cela qui s’affaire
S’affaire à penser
Aux « si » et aux « ça »
D’où sont exclus
Chassés et oubliés
Toute la consécration
A la seule Mère
Om Sri Aurobindo
     Om douce Mère





Poème commencé le vendredi 14 mai 2021

jeudi 8 juillet 2021

ABOLITION EN COURS - 21 - Sous la foudre transformatrice de la Joie

Être de marbre pur - Tableau de Niranjan Guha Roy

Ne t’écarte pas 

Mets-toi sous le laser

Exterminateur

De la lumière

Divine et sacrée

Mets-toi en paix

Sous la foudre

Transformatrice de la Joie


La Joie du Saddhu - Tableau de Niranjan Guha Roy

Poème commencé le jeudi 13 mai