]]>

vendredi 11 décembre 2015

BROYES LES NOIRS JOYAUX NOURRISSENT UN NOUVEL OR



L’espérance murmure

Dans l'incandescence des silences

Que

Nulle entreprise ne pérennisera 

Bien longtemps ses folies

Sans que le temps n'use 

Promptement ses noirs joyaux



Le Seul œil

Perle éternelle de lumière

Éclaire tout

Calme et tranquille sans s'agiter

Dans le corps de ses pionniers

S'écoule  de lui

Un concentré  inconnu

De diamant liquide en fusion

Qui vient écraser 

Les joailleries 
Du vieux monde

Découvrant le creuset
Où jaillit
Le nouvel OR du temps



jeudi 3 décembre 2015

Apocalypse de conte de fée avec Satprem



Soudain la nouvelle s'est répandue: il n'y avait plus de nouvelles!
LA GRANDE PANNE. Plus de communications.
Plus rien ne fonctionnait...
  C’était une stupéfaction, presque une panique.
Mais alors? mais alors?... quoi?
Les gens s'arrêtaient dans la rue, se regardaient, regardaient ce rien subit, c'était plus stupéfiant qu'une guerre, une révolution.

C'était la révolution du Rien -un zéro béant.
Plus rien , mais alors plus rien ne fonctionnait: pas de nouvelles, plus de radio, plus de journaux, plus de trains ni d'avions vrombissants avec leur palpitation du monde... un grand silence nul.
Les Chefs d'état ne pouvaient plus annoncer leur dernière amélioration du prochain siècle, ni l'amélioration des sous-développés et de la baisse des prix -plus rien ne valait rien -
Les grandes Mafias de la Paix ne pouvaient plus annoncer leurs pourparlers de guerre, les "droits de l'homme violés" ne pouvaient plus rien violer ni voler- les affaires ne marchaient plus. On ne savait plus où était l'homme dans tout cela, il n'y avait personne pour le lui dire, ni qu'il était pauvre, ni qu'il était riche, ni qu'il était maltraité- il était quoi?

Les hurlements de la guerre sainte s'étaient tus, il n'y avait plus de saintetés nulle part ni personne à sanctifier ou à zigouiller.
Les saints boniments n'étaient plus diffusés et télévisés n'y avait plus rien à moraliser ou à démoraliser. Les dernières découvertes n'étaient plus découvertes ni les nouvelles maladies, et les radiographies ne découvraient plus d'hommes malades- il n'y avait plus de malades- la grande maladie s'était tue.
Il n'y avait plus d'assassinats ici, d'explosions là, plus de Bulletins de meurtres et des grands vilains d'à coté, enfin on ne palpitait plus, on ne se désolait plus, on ne se dégoûtait plus. La grande dégoûtation s'était tue.
C'était le GRAND SILENCE EFFARANT.
On ne pouvait plus trafiquer de rien, c'était la baisse des prix instantanée... -il n'y avait plus de capitales du monde nulle part, plus de slogans hypnotiques, chacun était sa capitale, plus de cours du franc ni du dollar ni de rien... Et pour les messages urgents,on pouvait toujours se servir des pigeons voyageurs- mais il n'y avait plus rien d'urgent, sauf de se regarder dans les yeux avec effarement. Tout le monde était nu et ne comprenait plus rien à rien. Même les astronautes étaient en panne sous leur scaphandre et pouvaient seulement marcher marcher dans le ciel pou observer...quoi? Il n'y avait plus rien à observer, sauf son propre nombril à la dérive.
Ce n'était pas la fin du monde portant, mais c’était un cataclysme épouvantable et silencieux, comme si plus rien n'existait sauf le cri du milan qui décrivait des cercles dans les airs.
Il n'y avait même plus de stéthoscope pour observer les battements de son cœur - pourtant, Ça battait tout seul encore. Mais c'était très seul encore, subitement. E il n'y avait plus de chômage tout d'un coup, chacun devait faire marcher ses deux pattes et ses bras, il n'y avait plus de frontière nulle part.

les crustacés pensants ne savaient plus quoi penser.

Alors TOUT ALLAIT MIEUX SUBITEMENT



Il n'y avait plus de théorie à faire - chacun devait faire la sienne, sur le vif.- C'était épouvantable.

Mais les cœurs simples, les corps assaillis, sentaient soudain comme un invisible poids soulevé, une inquiétude de vivre partie dans un autre RYTHME.

C'était une autre vie, il fallait tout apprendre par d'autres moyens.
Mais le petit rossignol chantait et la mouette rieuse courait sur l'écume du monde léger.

Satprem

La clé des contes