]]>

vendredi 5 mars 2010

PERCEE ?


Tu briseras les ailes sanglantes des anges grisâtres
Qui chapeautent le ciel de ta pensée
Le vent d'un verbe de plus en plus passionné
En secouera les branches mortes
Tu en verras plus que deux ou trois détaler
Mais ton invisible complicité
Cosigne l'illusoire circularité de ce tabloïde informulé
Par quel violent amour
Sera-t-elle abolie ?
La plume de l'oiseau de feu en main
Poète heureux tu humes déjà silencieux
Le parfum de ce seul acte pur que l'oiseau connaît
CONSCIENCE